Le Bois de la Barre (ENS)

Cet ancien lieu d’extraction de pierres meulières, à flan de coteau, est un lieu idéal pour les randonneurs.

Depuis 2003, le Conseil Général de Seine-et-Marne et la municipalité de La Ferté-sous-Jouarre ont ouvert un Espace Naturel Sensible du Bois de la Barre qui offre un parcours pédagogique pour découvrir la faune, la flore et bien sur le travail réalisé sur cette pierre extraite de cette terre.

Ce circuit pédagogique permet au promeneur de découvrir ce site historique et écologique. Le boisement du Bois de la Barre est marqué par des peuplements qui ont naturellement colonisé un milieu transformé par l’homme au moment de son exploitation pour la pierre meulière. 

Le sous-bois totalise 165 espèces végétales. Il offre de belles étendues de plantes printanières : Jacinthe des bois, Anémone des bois, Ficaire, Fausse renoncule… Les zones de coteau calcaire recèlent l’Orchis mâle.

Parmi la faune, il est possible d’observer des mammifères comme le Chevreuil, le sanglier, la Martre, le Blaireau, mais aussi dans les mares une espèces protégée en France : la Salamandre tachetée.

C’est au début du 19e siècle que l’activité meulière fertoise s’industrialise, les carrières du Bois de la Barre vont prendre de l’essor.

On abandonne la fabrication des meules d’un seul bloc, dite « monolithes », pour se tourner vers la production de meules dites « anglaises ». Cette innovation introduit une méthode d’assemblage de plusieurs morceaux : les carreaux, autour d’une seule pièces centrale : le boitard. En 1837, les entreprises Gaillard, petit & Halbou, Vieille Gatelier fondent la Société du Bois de la Barre.

Vers 1900, le commerce des meules de pierre décline, les carrières de la Barre connaissent une ultime reconversion grâce à l’extraction de pierres destinées à la construction. C’est l’époque de l’expansion de la banlieue de Paris et de ses pavillons en « meulière ».