Zéro phyto & écogestes

Depuis le 1er janvier 2019, la commune s’inscrit en effet dans une démarches « zéro phyto » et l’équipe des espaces verts paille systématiquement les plates-bandes fleuries afin de diminuer les arrosages, ralentir l’apparition des mauvaises herbes et favoriser la microbiologie des sols. La voirie est désormais traitée avec des méthodes mécaniques et non plus chimiques.

Les amendements sont exclusivement d’origine organique et les bio stimulants utilisés sont composés d’extraits d’ortie, de consoude ou de prêle. Et pour lutter efficacement contre les insectes ravageurs, ce sont des solutions de biocontrôle autorisées en agriculture biologique qui sont adoptées.

Sur certaines parcelles, pour lesquelles beaucoup ne voient qu’un terrain abandonné, les jardiniers privilégient la fauche tardive pour favoriser la vie minuscule et la pollinisation des hyménoptères.

Sur d’autres parcelles, comme le chemin des deux rivières, c’est l’éco-pâturage qui s’est imposé comme outil de transition écologique. Il y avait également le terrain derrière la cour du 33, rue de Condé mais les moutons ont dû laisser la place pour la construction de la nouvelle école.

Aussi, la technique du mulching s’est généralisée et la collecte des déchets verts issus des espaces publics part au compostage, dont une partie sera réutilisée pour enrichir la terre.

Ces pratiques vertueuses ne se limitent pas uniquement aux espaces verts. Par exemple, lorsqu’une rénovation de voirie est entamée, le grattage de la chaussée existante est valorisé pour servir à la réfection des chemins. Et lorsqu’une démolition intervient, les gravats sont envoyés sur une chaîne de traitement pour être également recyclés.

Enfin, lors de la collecte des encombrants, un tri sélectif des matériaux est effectué par les services techniques afin d’être répartis en trois grandes catégories : incinérante, acier et bois.